Le crépissage des cases par les femmes à Bouillagui (Mali)

femmesLes femmes crépissent les concessions et les cours de la maison avec un mélange de banco, de bouse de vache, de paille et d’eau. On mélange cette mixture pendant un maximum de trois jours. Une fois un bon mélange obtenu, on commence à crépir pour que les bâtiments résistent mieux pendant la saison des pluies. Durant la journée de crépissage, les membres de la famille dont on doit crépir la concession vont demander aux voisins, et même au niveau du village, de l’aide. Toutes les femmes et les enfants de la famille participent à ce travail, accompagnés par les autres femmes et enfants du village, non seulement pour rendre la maison résistante mais également pour la rendre plus belle. Le lendemain de ce travail, on procède au blanchiment des murs intérieurs. Le produit utilisé provient de la cendre du baobab, généralement appelé Xamé en soninké.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s