Le gubos ou kanyaleen – un rituel contre l’infertilité et la mort infantine (Agnak Sénegal)

Les femmes qui n’ont jamais pu procréer ou qui perdent les enfants à bas age se soumettent à ce rite, qu’on appelle gubos en Baïnounk gujaher, et kanyaleen dans la plupart des langues joola. Elles acceptent toute humiliation, portent des habits déchirés et prennent un autre nom pour que l’esprit qui cause l’infertilité ne les reconnaisse pas. Quand une femme qui participe au rituel réussit d’avoir un enfant, on lui donne un autre nom aussi, et on prétend qu’il n’a aucune valeur, toujours pour le rendre moins attractif pour l’esprit qui cause l’infertilité et la mort infantile. Alpha Mané, fils d’une ubos, a donc un deuxième nom: Naby Keita. Ce nom lui a été donné par un marabout du côté de Sédhiou qui venait souvent à Agnack. Même avant sa naissance, sa mère chantait cette chanson pour lui:

Naby Keita, personne ne veut de toi

Tu es caché et protégé comme dans un tronc d’arbre

Et c’est l’être suprême qui te protège

Paroles en Gujaher:

Naby Keita, jënseba lahediinoŋ

Gubombë këŋgëlëŋ

Bëgëme guñokë diinoŋ

[Gubombë këŋgëlëŋ est un jeu de mots :  gubomb désigne le tronc d’arbre, qui cache et protège. Gubombë këŋgëlëŋ renvoit aussi au gubombolin, le grand tambour cérémoniel, et aux sons qu’il fait et qui ont une force protectrice aussi.

Vidéo Alpha Mané chante sa chanson

Vidéo de: René Mané

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s