L’Histoire de Ténenké

L’Histoire de Ténenké Claimed

L'Histoire de Ténenké , Damaro (Guinée)

Average Reviews

Description

Ansoumane Camara

Ténenké était une jeune fille peule du Wassoulou. Leur village a été attaqué par l’armée de Samori Touré. Tous les habitants ont fui lorsqu’ils ont entendu arriver les sofas. Mais elle n’a pas pu se sauver avec les autres. Samori Touré l’a trouvée. Elle était très belle. Samori Touré a discuté avec ses conseillers pour savoir que faire d’elle. Après débats, il a été décidé de repartir avec elle. Ils sont venus jusqu’à Damaro où était Fata Kéoulén qui était également l’un des chefs armés de Samori. Samori a donné cette fille à Fata Kéoulén pour qu’elle devienne sa fille adoptive, en lui demandant d’en prendre soin et de se souvenir des circonstances de son arrivée. Elle n’était pas esclave, elle était libre. Elle était considérée comme l’une des filles de Fata Kéoulén à Damaro. Elle avait le statut d’une princesse, puisque Fata Féoulén était le roi du village. À l’âge de la puberté, Fata Kéoulén l’a donnée en mariage à notre arrière-grand-père, Gninyma Siaka. Elle a été épousée comme il se doit, avec tous les honneurs, car c’était une princesse qui se mariait. Ses deux parents biologiques n’étaient pas là, mais elle l’avait une immunité d’avoir été donnée par Samori Touré. Le couple a donné naissance à plusieurs enfants dont un enfant qui est resté célèbre, appelé Ténenké Zumina (Zumina, le fils de Ténenké). Il a été un grand marabout et l’un des conseillers de Djiguiba Camara : il lui avait le pouvoir de lui dire toujours la vérité en face car il était considéré comme un intercesseur entre la communauté et Dieu. Sa femme, Massou Camara, était une très belle femme que Djiguiba convoitait, mais c’est Zumina qu’elle a épousé. À cause de cette dispute, des ennemis ont voulu le fusiller, mais les balles n’ont pas pu sortir des armes, ce miracle a augmenté sa célébrité.

Aujourd’hui, les descendants de Ténenké doivent respect aux descendants de Fata Kéoulén (que l’on appelle Fatadou) qui ont protégé leur aïeule. Les descendants de Ténenké sont considérés comme une famille à part entière car ils ne sont pas descendants d’esclaves, contrairement à d’autres qui descendent de femmes razziées dans leurs villages ou d’hommes captifs.

Konianké :

Ténenké té den moussoni tchen nélé kafran Wassoulon na. Samory wani kèlè bina iya so lékan, so könö mö bè ka bori fo alé. Samory ni amö ika ignö magninika Ténenké kè gnama. Alaban kèni ata lélé kanalé Damaro, kana adi Fata Kéoulen ma ko a Tenenké köndè adenloula, wo boroma, Ténenké makè djon né. Acé ménkèni tchèla sima, Fata Kéoulen fönö kadi Gninyma Siaka ma foulou Sabatini na. Aka denlou sölon, kakè yo karamö Tenenké Zumina. Zumina wotè Djiguiba lalilibwa dolélé tougnè kan.

Ténenkédou wa döyali té céla fatadou ma. Ténenké bouroudji bè köndè lalé mö saniyani lélé.

Statistique

1 Views
0 Rating
0 Favorite
0 Share

Catégories

Auteur

Sites en relation